"L'île des esclaves" de Marivaux

Résumé : Une île, lieu clos, à l’écart de la société policée, où tout projet nouveau est possible, au moins par l’imagination. Échoués à la suite d’un naufrage sur une île gouvernée par des esclaves fugitifs, une coquette et un petit-maître perdent la liberté tandis que leurs esclaves désormais affranchis deviennent maîtres...
Il y a plus de deux cents ans la révolution française a eu lieu, elle prônait l’abolition des privilèges.
Aujourd’hui qu'en est-il? 
Une comédie furieusement actuelle !

 

 

En lisant le résumé de ce spectacle je me suis attardée sur les critiques et je suis absolument d'accord avec Ouest-France : cette pièce est résolument moderne !

La mise en scène est clairement contemporaine et malgré le fait que ce ne soit pas mon style favori j'ai réussi à l'apprécier.

 

Les costumes étaient remis au goût du jour et l'épée d'Iphicrate était devenue un pistolet.

Le décor était lui aussi super intelligent ! Quatre panneaux de bois étaient placés sur scène face public et cachaient le fond de scène ce qui permettait d'introduire le personnage de Trivelin avant même qu'il soit sur scène et on sentait sa présence oppressante sur les deux maîtres.

Ils lui permettaient aussi une fois sur scène d'être surélevé physiquement par rapport aux comédiens car il restait toujours en fond de scène et s'accoudait sur les barrières pour dialoguer.

Lorsqu'il ne parlait pas directement avec les autres le comédien s'exprimait par le biais d'une micro placé entre les panneaux et le fond de scène. Ceci permettait d'amener encore une fois sa présence sur scène. Mais lorsque le comédien ne parlait pas il repassait derrière le rideau en faisant un bruit d'enfer ! De plus le micro ne marchait pas toujours !

Pour synthétiser la mise en scène était truffée de bonnes idées mais mal mises en œuvre !

 

Le dernier point « mise en scène » que je souhaite traiter concerne la manière de matérialiser l'échange des condition des personnages et le discours de Cléantis sur sa maîtresse.

Pourquoi faut il absolument, lorsque l'on va voir une pièce avec une mise en scène contemporaine que les comédiens se dénudent sans raison ? Pourquoi se dénuder lorsque Cléantis explique que sa maîtresse ne pense qu'à séduire les hommes ? Car même si le texte est en vieux français on comprend son discours alors pourquoi vouloir volontairement choquer le spectateur en faisant mimer des préliminaires ? Et lors de l'échange de leurs conditions pourquoi se dénuder alors que seulement changer de veste aurait suffi ? Je ne veux pas en parler plus longtemps car je compte vous préparer un article sur le sujet mais personnellement je trouve cette pratique purement puérile et inutile.

 

Changeons de sujet mais restons dans un cadre purement technique. J'ai adoré l'initiative de ponctuer les dialogues par un morceau de la musique « ah ça ira » de édith piaf qui illustre parfaitement l'esprit de révolte d'arlequin et Cléantis.

Par contre je n'ai pas compris l'intérêt de lancer le « chant des résistants » de la seconde guerre mondiale lors du dénouement de cette pièce (dites moi en commentaire ce que vous en pensez) !

 

Pour ce qui est de la conclusion de la pièce je l'ai trouvée très intéressante et originale car elle met plutôt en avant les éléments tragiques de l'intrigue. Car l'île des Esclaves mêle à la fois comédie et tragédie d'un côté avec le personnage d'Arlequin proche de la comedia dell arte et le fait que maîtres et esclaves échangent leurs conditions et d'un autre côté le personnage très noir de Cléantis, plein de rancœur et de colère, mais aussi la situation des personnages qui sont des naufragés.

 

Le choix a donc été de mettre plus en avant les côtés tragiques de cette pièce notamment lors du dénouement

/!\ SPOILER ALERT

où, lorsque le bateau arrive Euphrosine tue Cléantis et Iphicrate tue Arlequin puis Trivelin les tue tous les deux.

Ce dénouement, qui n'est pas initialement écrit comme cela apporte un autre aspect aux personnages des maîtres. Refuser le « happy end » final et les faire devenir meurtriers remet en question toute leur attitude dans la pièce et l'on se demande quelles sont les causes de leur profonde aversion pour leurs petites gens.

 

En résumé si vraiment vous êtes fan de Marivaux allez voir cette pièce qui malgré une mise en scène contemporaine respecte le texte d'origine . Chacun est libre d'apprécier ou non les choix faits au niveau technique mais je trouve intolérable les nombreux problèmes techniques au niveau du décor avec le personnage de Trivelin mais aussi lorsque les comédiens se coupent ou bafouillent.

Le prix reste quand même raisonnable (9 ou 12 euros sur billet réduc et 18 euros au festival). 

 

Liens : 

http://www.avignonleoff.com/programme/2016/par-titre/a-z/l-ile-des-esclaves-17122/

http://www.billetreduc.com/163249/evt.htm

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.